Effet Bekkrell

présentation

#1 – Et si… on faisait un saut dans l’histoire

Au commencement il y eut la rencontre, en 2009, au CNAC. Fulgurante et enivrée. De celle ci naquit une petite forme tentaculaire de 20 min qui réjouit fort nos comparses et les projeta 4 années plus tard dans les méandres merveilleuses de la création collective. Aujourd’hui ça y est. Effet Bekkrell a vu le jour.
Il s’agit,
en souterrain d’une étrange fascination pour la radioactivité ou ce qu’il peut y avoir d’instable dans la matière et les relations,
en surface, de câble, de fil, de corde, d’une planche, de quatre femmes et de beaucoup de fumée,
en profondeur, elles traversent des choses sérieuses mais drôles. A force de tentatives, elles prennent position pour des existences changeantes, précaires mais précieuses.
Et elles glissent d’états stables à instables, de conflits en négociations, d’utopies en désillusions…
pendant 1h…

#2 – Et si… un enfant en parlait

Au début, il est tout nu. Le plateau.
Après les filles elles arrivent. Elles sont 4. Elles trouvent des trucs. Elles construisent. Elles se confrontent les unes aux autres. En fait elles jouent. Alors elles déconstruisent. Parce que c’est peut être mieux autrement finalement. Et puis il y a le terrain de jeu, avec toutes ces petites lumières autour et le monsieur qui court partout. Et il arrive que le fil ou la bascule ou le mat ou la corde ou le tout assemblé se mette à parler. Ou à chanter. Et puis il y a le théâtre. Il arrive et nous fait son clin d’oeil. Alors ça repart de plus belle. Elles sautent et elles cassent tout. A la fin elles tentent une sortie par le haut.

#3 – Et si… Effet Bekkrell entrait dans le dictionnaire

Effet Bekkrell (n.f, effet : du latin effectus, de effectum, supin de efficere, eff ectuer, de ex, et facere, faire – bekkrell : déformation orthographique de Becquerel, Henri de son prénom)
Ce qui advient lorsque 4 bombes atomiques déboulent sur le plateau et dégomment les éléments en jeu.

#4 – Et si… Pierre Meunier en parlait

Les Bekkrell forment un noyau de quatre électrons doués d’un rare pouvoir de cohésion, en même temps que d’une capacité à rayonner individuellement. Transformé en un champ d’expériences, le plateau se met à vibrer jusqu’à trouver son désordre le plus fertile. J’ai aimé partager la première aventure de ce groupe radioactif, contribuer à lui trouver sa bonne orbite, avec et malgré toutes les contraintes qu’imposent les multiples mises en tension des agrès en jeu. Les corps sont aux prises avec la physique fondamentale, la pensée s’anime et s’en nourrit, l’existence pourrait bien ressembler à cette empoignade rude et sensuelle, où l’instable domine, et que le désir rend lumineuse.

#5 – Et si… on employait les grands mots

Il y a quelque chose de l’ordre de l’expérience.
Eprouver les matériaux et les individus à disposition de cet espace.
Emmêler les standards pour trouver comment s’en sortir, comment s’en amuser, comment tromper la mort… L’inéluctable fin de toute chose prise comme promesse sans cesse renouvelée d’un autre début possible.

#6 – Et si… la presse s’enflammait

Sarah, Océane et les deux Fanny, alias le groupe bekkrell, nous présentent un premier spectacle protéiforme, hybride, où la manipulation d’agrès côtoie des rapports anarchiques, où la parole tente de s’inviter au cirque, et où l’absurde se mélange à la poésie. Pièce de théâtre ou pièce de cirque, leur spectacle fait fi des cadres pour inventer une écriture singulière. Elles étirent les situations et leur propos jusqu’ aux points de rupture et remportent avec brio l’excentrique pari de lier l’écriture d’un spectacle avec le fonctionnement physique de la radioactivité naturelle. Elles surfent de stabilité en instabilité, entre elles, et dans l’étrange structure qu’elles créent en assemblant tous leurs agrès.
Le public est amené dans cette danse de l’instable. Ça chute, ça se déconstruit, le chaos s’installe, et pourtant il y a comme un équilibre qui se déploie, une contamination radioactive délirante.
On peut dire que…
Ça déboite
Ça déménage
Ça envoie bouler
Ça remue
Ça défonce
Ça balance
Ça s’emballe
Ça renverse
Ça déchire

documents

videos

photos

distribution

Une création du Groupe Bekkrell De et avec

Fanny Alvarez

Sarah Cosset

Océane Pelpel

Fanny Sintès

Création et interaction sonore

Thomas Laigle

Création lumière

Clément Bonnin

Conception des arrangements d’agrès

Florent Pasdelou

Régie générale

Julien Lefeuvre

Création costumes

Lorenzo Albani

Regard et conseils sur la mise en scène

Pierre Meunier

Direction de production et accompagnement à la création artistique

Anna Tauber

Regard amical et philosophe

Marie-José Mondzain

Diffusion

Elsa Lemoine / L’Avant Courrier

Construction mât

Vincent Gadras

Recherches graphiques

Goni Shifron

Mentions obligatoires

Remerciements à nos collaborateurs artistiques et techniques : Arnaud Thomas, Jean-Michel Guy, Hervé Grizard, Goni Shiffron et Etienne Klein

Coproductions

Cirque-Théâtre d’Elbeuf – Pôle national des arts du cirque de Haute-Normandie • La brèche – Pôle national des arts du cirque de Basse-Normandie • l’Espace Périphérique (Mairie de Paris – Parc de la Villette) • Carré Magique – Pôle national des arts du cirque en Bretagne • Le Théâtre de Cusset • La Cascade – pôle national des arts du cirque de Bourg-Saint-Andéol • CIRCa Auch-Gers-Midi-Pyrénées – Pôle national des arts du cirque • Scène nationale d’Aubusson – Théâtre Jean Lurçat • L’Agora – centre culturel pôle national des arts du cirque de Boulazac – Aquitaine • Transversales, Théâtre de Verdun – scène conventionnée pour les arts du cirque • La Faïencerie, Théâtre de Creil – scène nationale en préfiguration • CIrque En Lorraine (CIEL) • Scènes Vosges • Jeune Théâtre National • L’association Beaumarchais-SACD • L’Adami •

Avec le soutien du Conseil régional de Champagne-Ardenne

Soutiens

Le Monfort (Paris) • Le Nouveau Relax, scène conventionnée de Chaumont • L’Onde, Théâtre Centre d’art – Vélizy-Villacoublay • Le Manège de Reims, Scène Nationale • Ecole Nationale des Arts du Cirque de Rosny-sous-Bois• Furies (Châlons-en-Champagne) •

Et un grand merci à

Fanny Austry, Mathieu Bleton, Emmanuelle Bouyer, Alice Carré, Sebastien Davis Van Gelder, Mathilde Delahaye, Marion et Pierre de la Drouille, Matthieu Gary, Jean Michel Guy, Hervé Grizard, Etienne Klein, Bruno Krief, Jean François Marguerin, Massao Mascaro, Karim Messaoudi, Monic Ta mère, Christine Morquin, Régis Pailhé et Lenore Salmon, Patrice, Nicolas Picot, Stéphane Ricordel et Laurence de Magalhaes, Martha Rodezno, Famille Sintès, Arnaud Thomas, Sylvia Vadimova, Vincent Van Tilbeurgh, Gilbert Viola, Lawrence Williams, Alice Zeniter, Luca Wyss, La Métive, le Collectif de la Bascule et la Meute, Théâtre National de Strasbourg,

et à tous nos artinautes qui nous ont donné le premier coup de pouce nécessaire via la plateforme de financement participatif proarti : Vasil et Marion, Julie Alvarez, Fanny Austry, Louise Bellanger, Aurelien Bory, Julien Cramillet, Bérengère de Brye, Mathilde Delahaye, Murielle D’Emilia, Nejma Hassani, Marion Hergas, Nathan Israel, Marieva Jaime-Cortez, Inês Lobo, Emmanuelle Lyon, Virginie Mayolle, Christophe Monier, Christine Morquin, Nils Ohlund, Romain Ozanne, Laurent Pelpel, Ariane Prunet, Lydia Rocherolle, Pierre Roullier, Lenore Salmon, Martin Tauber, Maithé Tauber, Mélanie Tauber, Marie Tauber, Fanny Thibert, Marie Tretiakow

contact

contact(at)groupebekkrell(dot)com

+33 (0)6 07 86 73 65